Perdre un être cher est souvent difficile. Mais parfois, choisir le type d’obsèques préféré peut susciter une discussion familiale. La famille va-t-elle procéder à un enterrement ou une crémation ? Dans tous les cas, il faut prévoir un budget adapté et la meilleure solution est de faire appel à une entreprise de pompes funèbres. Ici, il sera question principalement de la crémation. Il s’agit plus précisément de détailler le déroulement d’une telle opération.

Qu’est-ce que la crémation ?

Après le décès, la famille décide du devenir de la dépouille du défunt. Elle peut se tourner vers des spécialistes comme reposeo.com pour décider des détails des funérailles. Certaines familles optent pour un simple enterrement tandis que d’autres choisissent la crémation. Cette dernière n’est autre que le fait d’incinérer le corps du défunt et d’ensuite rassembler ses cendres dans une urne. Les proches pourront ainsi se recueillir auprès de l’endroit où l’urne est placée. Il est intéressant de noter que cette pratique n’a toujours pas eu bonne presse surtout du point de vue de certaines religions. Mais aujourd’hui, elle est de plus en plus utilisée notamment dans les pays occidentaux. Mais est-ce que la crémation est une simple cérémonie d’incinération ? Y a-t-il un rituel à respecter ? C’est ce qui va être développé ci-dessous. Pour des conseils sur le droit de la famille, visitez le site Ecodroit.

Comment se déroule la crémation ?

En dehors de l’enterrement, la crémation est le deuxième choix légal pour les obsèques en France. La crémation comprend plusieurs étapes dont l’accueil des proches, la cérémonie religieuse, les éloges funèbres, la crémation proprement dite et enfin la dispersion des cendres dans le Jardin du Souvenir ou la remise de l’urne contenant les cendres à la famille.

Première étape : l’accueil des proches

Puisque c’est une cérémonie funèbre, des professionnels s’occupent d’accueillir les familles et les proches du défunt. Une fois l’accueil terminé, il peut y avoir une cérémonie religieuse, comme pendant un enterrement, selon la croyance de la famille ou suivant la volonté du défunt. La cérémonie religieuse est donc facultative.

Deuxième étape : derniers adieux au défunt

Après la cérémonie religieuse, les membres de la famille du défunt ainsi que ses proches se réunissent pour le voir une dernière fois. Cette étape se déroule dans la salle où repose le cercueil. C’est un maître de cérémonie qui conduit les proches souhaitant passer un dernier moment avec le défunt. Ce moment peut durer plus ou moins longtemps, selon le nombre de ceux qui veulent faire leurs derniers adieux au défunt. Et cet instant est aussi éprouvant que lors d’un enterrement, car c’est là que la famille rend un dernier hommage.

Un membre de la famille ou un proche peut faire un éloge funèbre. Ensuite, le maître de cérémonie explique le déroulement de la crémation qui va suivre.

Troisième étape : la crémation proprement dite

Après les différents éloges vient la crémation à proprement parler. Pour ce faire, les porteurs amènent le cercueil dans la salle où aura lieu la crémation : c’est le crématorium. C’est là que va avoir la crémation du défunt, avec son cercueil. À la différence d’un enterrement, après la crémation, les cendres peuvent être récupérées par la famille du défunt. À leur demande, les proches peuvent assister à la crémation à travers une vitre ou par l’intermédiaire d’une projection vidéo.

Quatrième étape : La dispersion des cendres

Le devenir des cendres après la crémation dépend de la volonté de la famille, si la personne décédée n’avait pas formulé son souhait. Il existe un jardin appelé Jardin du Souvenir au crématorium, où la famille peut disperser les cendres après qu’elles aient été rassemblées. Elles peuvent également être dispersées en pleine nature. L’urne peut également être inhumée dans une tombe existante ou neuve. Ou encore être fixée sur une tombe, si la forme s’y prête.